Création d’entreprise : formations, incubateur, statut d’étudiant-entrepreneur

L’objectif est : mener à bien son projet, dans les meilleures conditions possibles. Tout bachelier, étudiant ou jeune diplômé porteur d’un projet d’entreprise, quelle que soit la filière d’études suivie (BTS, université, ou écoles d’ingénieurs), peut bénéficier du statut national d’étudiant-entrepreneur (SNEE). Quels sont les avantages de ce statut ?

Bénéficier d’un double tutorat

Concilier études et projet entrepreneurial nécessite un cadre favorable, offert justement, en parallèle, par ce statut. La mise en place d’un double tutorat permet à l’étudiant, au sein d’un PEPITE (Pôle étudiant pour l’innovation, le transfert et entrepreneuriat), d’être accompagné par un entrepreneur ou par un conseiller d’une structure d’accompagnement pour créer son entreprise. Parallèlement, il est suivi par un enseignant tuteur, informé de son projet et prêt à le soutenir dans son double parcours. En offrant un statut national officiel et reconnu, le SNEE est un moyen d’obtenir de la visibilité et de la crédibilité auprès des banques, des fournisseurs ou des clients potentiels. Il peut aussi rassurer les familles des étudiants, qui voient d’un meilleur œil un projet reconnu comme faisant partie de la formation à la création d’entreprise.

Aménager sa formation

Pour avancer sereinement sur un projet, mieux vaut avoir un espace de travail dédié. Le statut donne accès aux divers locaux du PEPITE, sans avoir à payer un loyer. Et, pour ceux qui sont encore en formation pour créer son entreprise, ce statut permet de mener de front études et projet d’entreprise : les étudiants peuvent bénéficier d’un aménagement dans leur emploi du temps et de la validation de leurs acquis. Le projet d’entreprise peut par exemple remplacer un stage obligatoire prévu dans le cursus. Il sera alors validé par des crédits ECTS ou par des équivalences. L’expérience entrepreneuriale est reconnue à part entière dans le parcours d’études.

Comment obtenir ce statut ?

Il faut envoyer un dossier de candidature au PEPITE auquel son établissement est rattaché. Le comité d’engagement du PEPITE l’étudie et donne un avis favorable ou défavorable au ministère de l’Enseignement supérieur. Ce comité se compose de représentants d’établissement, de responsables pédagogiques et de partenaires du PEPITE. Si l’avis est favorable, le ministère délivre au jeune le statut. La sélection se fait sur la base de la qualité du projet entrepreneurial, ainsi que du sérieux et de la maturité du porteur de projet. En clair, il faut être motivé et avoir déjà bien travaillé la faisabilité de son projet.